Partenaires

LOMC
Logo CNRS Logo UNIV
Logo Region



Rechercher

sur ce site

sur web cnrs


Logo_UE copie

Les travaux de recherche en Energétique du Bâtiment sont cofinancés par l’Union européenne.
L’Europe s’engage en Haute Normandie avec le Fonds européen de développement régional (FEDER).


Accueil du site >

Les événements de la journée

1 événement

  • Jeudi 16 mars 14:00-15:00 - Cyril Mokrani - CIGIDEN, Santiago de Chile

    Prédiction numériques des efforts de percussion

    Résumé : Le phénomène de percussion hydrodynamique est caractérisé par un impact violent qui génère de fortes accélérations verticales durant les premiers instants de l’impact, et des efforts très intenses et très brefs. Ce phénomène a été observé dans différents cas de figure comme par exemple lors d’impacts de vagues sur digues verticales, d’impact de tsunami sur maisons, impact de navires sur la surface de la mer (i.e. « slamming »), ou encore impacts générés par ballottement de réservoirs (i.e. « sloshing »). La prédiction numérique de ce type d’effort est par conséquent importante et décisive. Les premières observations de ce phénomène font état de pressions fortes et très variables pour des expériences d’impact identiques. Cette forte instabilité vient en fait du fait que les pressions percussives sont très sensibles a la forme locale du jet, et par conséquent, de faibles changements locaux du jet peuvent générer des pressions très différentes lors de l’impact. D’un point de vue numérique, il existe par conséquent deux principales difficultés liées a la prédiction numériques des efforts percussifs. La première porte sur les capacités numériques a modéliser le phénomène de percussion, incluant fortes accélérations verticales et pics de pressions associées en fonction de la forme locale du jet incident. La deuxième porte sur les capacités a modéliser fidèlement les transformations avant l’impact et ainsi décrire correctement de la forme locale du jet au début de l’impact. Durant la présentation, nous illustrons dans un premier temps la forte sensibilité des pression d’impact a la forme locale afin de mettre donner les conditions nécessaires pour obtenir des pressions d’impact stables. Nous considérons ensuite plusieurs expériences qui mettent en jeu des transformations longues avant impact, et nous montrons qu’il est possible de décrire numériquement l’ensemble « transformations+impact » dans le cas d’impact de vagues non déferlantes ou bores non turbulents faiblement cambrés - une faible cambrure étant définie comme une inclinaison locale avec l’horizontale inférieure à 50°. Pour les cas plus cambres, nous montrons qu’il est possible d’approcher les valeurs des forces percussives en réduisant le pas d’espace. Nous considérons enfin des expériences d’impact sans transformation, mettant en jeu des jet purement triangulaire ayant différentes inclinaisons (entre 10° et 80°). Nous comparons les performances de deux méthodes numériques différentes.

    Lieu : LOMC - Amphithéâtre du Site Prony53, rue de Prony 76600 Le Havre

    [En savoir plus]